OÙ SONT DONC PASSÉES LES FEMMES DANS LES MATINALES RADIO ?

Céline Calvez

Le deuxième confinement a de nouveau invisibilisé les femmes dans les médias. Et c’est encore pire alerte Céline Calvez, députée et autrice d’un rapport sur ce sujet en septembre. Pour en avoir le coeur net, elle a compté.

Le résultat est catastrophique. Missionnée par Marlène Schiappa alors Secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, la députée de la 5ème circonscription des Hauts-de-Seine avait remis son rapport en septembre. L’étude présentait des chiffres sans appel. 74,4% des expert.es invité.es à signer des tribunes sont des hommes. Et si l’on croyait que cela ne pouvait être pire le 2ème confinement prouve que la situation s’aggrave.

10% de femmes dans la matinale de Radio Classique

Du 12 octobre au 6 novembre, les services de Céline Calvez ont recensé les femmes invitées dans les matinales radio. “Vous avez entendu 163 hommes et 42 femmes” écrit la députée sur Twitter. Soit un ratio de 80% contre 20%. Europe 1 avec son interview politique est en tête de ce classement avec 30% de femmes. Le 7h 50 de Léa Salamé sur France Inter enregistre 19% d’invitées et 25% dans le grand entretien de 8h20 copiloté par Nicolas Demorand. Le décrochage est encore plus flagrant pour Radio Classique dont la matinale animée par Guillaume Durand n’a accueilli que 10% de femmes. L’interview d’Yves Calvi sur RTL ne fait guère mieux avec 15%.

Une seule proposition retenue mais sans sanction

L’ensemble de ces chiffres est en baisse par rapport aux premiers mois de confinement. 20% de femmes contre 22% aux mois de mars et avril 2020. Malgré ces chiffres, rien ne bouge. Car parmi les 26 préconisations contenues dans le rapport, une seule a été retenue par la ministre de la culture Roselyne Bachelot. Celle d’inclure une clause de respect de la parité dans le décret relatif à la réforme des aides à la presse. Et encore sans aucune sanction à la clé en cas de manquement ! Une extrême frilosité de la part des politiques qui refusent de voir qu’en ne représentant pas l’ensemble de la société dans les médias, l’invisibilisation se poursuivra.

Lire aussi : PLACE DES FEMMES DANS LES MÉDIAS : LE SYNDICAT DE LA PRESSE INDÉPENDANTE (SPIIL) SE VEUT PRO ACTIF

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.