fbpx

UN TIERS DES PLUS DE 50 ANS SANS EMPLOI NI RETRAITE SONT PAUVRES

jaipiscineavecsimone_pataugeoire_senior_pauvreté

Après 50 ans les seniors sans emploi ni retraite seraient un tiers à vivre sous le seuil de pauvreté.  La direction de la recherche du ministère de la Santé (DREES) vient de publier une étude édifiante. Un départ à la retraite plus tardif et un chômage important créent des “poches de pauvreté” parmi cette population. Mais qui s’en soucie ?

Il faudra sûrement plus que l’étude publiée pour qu’une prise de conscience opère dans la société. Et pourtant la DRESS fait un constat sans appel. “En 2015, 1,4 million de personnes âgées de 53 à 69 ans résidant en France métropolitaine, soit 11 % des personnes de cette tranche d’âge, ne perçoivent ni revenu d’activité ni pension de retraite”. Etiquetés NER, ils seraient 32% à vivre sous  le seuil de pauvreté contre 7 % pour les seniors en emploi ou à la retraite. Alors que l’âge du départ à la retraite s’allonge ainsi que l’espérance de vie quelle est la part de la population la plus touchée ?

 

Capture-étude-DREES
Capture étude DREES

 

Majoritairement des femmes

Les femmes sont surreprésentées dans cette catégorie. Elles sont deux sur trois dans ce cas, contre une sur deux chez les seniors en général rapporte l’étude. En moyenne âgés de 58 ans les NER sont plus jeunes que les retraités (64 ans). Et moins diplômés. “La moitié n’ont pas de diplôme ou ont obtenu le brevet des collèges ou un Cetificat d’Etudes Primaires (CEP) comme diplôme le plus élevé”. Paradoxalement plus jeunes que les retraités cette partie de la population se déclare en plus mauvaise santé. “29 % se déclarent en mauvais ou très mauvais état de santé et 30 % ont une reconnaissance administrative de handicap, contre, dans les deux cas, 11 % de l’ensemble des seniors”.

Margaux Gilquin le visage des statistiques

Margaux Gilquin auteure du récit “Le dernier salaire” incarne parfaitement les statistiques de l’étude. Licenciée à 50 ans elle a mené un combat sans écho auprès des politiques sur la question de l’emploi des seniors. “La plupart des réponses étaient “nous allons étudier ce problème, merci de votre action, merci de vous y intéresser”….rien de plus. La seule qui m’a accueillie chez elle, dans son ministère un soir tard fut Myriam El Khomri et elle m’a dit “Merci. Vous avez humanisé les chiffres.” Aujourd’hui elle vit dans 23 m2 à Bordeaux et a retrouvé un CDI après nombre d’emplois précaires. Mais sa colère reste intact. “je reste convaincue qu’il faut sortir les chômeurs de + 55 ans. Les mettre en pré retraite avec cependant un travail d’intérêt général jusqu’à l’âge de la retraite. Et seulement 1 jour par semaine histoire de ne pas être coupés du monde social. Mais aussi histoire que les collectivités se paient pas le luxe de s’offrir des emplois gratos”.

Les seniors sans emploi ni retraite éloignés du marché du travail

Plus éloignés du marché du travail que les 25-52 ans sans emploi les NER ne s’inscrivent pas dans une démarche de retour à l’emploi. “13 % de ces seniors sont des chômeurs, au sens du Bureau international du travail (BIT)” alors que les 25 à 52 ans sans emploi sont deux fois plus nombreux à être au chômage. Le rapport note que le sentiment d’éloignement du marché du travail et le découragement prédominent. “32 % d’entre eux pensent qu’ils ne trouveront pas d’emploi et 10 % estiment qu’il n’y a pas d’emploi disponible dans leur domaine de compétence”. A côté de ce défaitisme lié à des raisons objectives s’ajoutent les seniors qui ne souhaitent pas travailler.” Essentiellement pour raisons de santé (42%).

1265 euros par mois

32% des seniors sans emploi ni retraite vivent avec un revenu moyen de 1265 euros par mois. Alors qu’il est inférieur à celui des seniors en emploi (2 090 euros mensuels) ou des retraités (1 860 euros mensuels). Et ce serait sans doute pire sans les aides sociales. “Ainsi, sans transferts sociaux et fiscaux, 45,6 % de ces seniors seraient pauvres, contre 32,1 % après redistribution”. Par ailleurs le statut du foyer accroit ou modère cette pauvreté. “Les seniors NER qui vivent en couple et dont le conjoint travaille ou est retraité ont un taux de pauvreté (environ 18 %) très inférieur à celui de l’ensemble des seniors NER”. L’étude nuance ce constat de pauvreté en indiquant qu’un quart de ces seniors se situent parmi les 40 % des ménages les plus aisés. Et ce en raison du statut d’activité du conjoint.

 

 

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.