KDRAMA : DES SÉRIES CORÉENNES CODIFIÉES ET POPULAIRES AUPRÈS DES FEMMES

K Drama Oh my Baby
extrait Trailer “Oh my Baby”

Phénomène audiovisuel coréen les “Kdrama” ou drame coréen sont des séries très populaires en Asie. Abordant de nombreux genres différents, du policier au fantastique, ces séries fonctionnent sur une trame très codifiée qui aborde aussi des sujets de société.

Les Kdrama qui font des scores d’audience en Corée du Sud sont des séries quotidiennes ou bi-hedomadaires conçues selon une trame relativement rigide. Avec des ingrédients bien calibrés. Environ seize épisodes, d’une durée d’une heure avec un basculement dans l’intrigue au neuvième épisode. Les protagonistes sont souvent des duos amoureux dont les histoires jonglent avec les clichés sociaux. Riches arrogants vs pauvres courageux et honnêtes.

Toutefois afin de contre-balancer ce canevas trop stéréotypés, des sujets de société s’invitent avec l’objectif de faire changer les mentalités. C’est le cas de “Oh my baby” difusé en 2020 qui s’attache à la question de la maternité et de l’infertilé chez les femmes passé 40 ans.

Fertilité et endométriose

«Oh my baby» est moins léger que son titre le laisserait supposer. Hari a 39 ans, elle brigue le post d’éditrice en chef du magasine « My Baby » où elle travaille depuis plus de dix ans. Le premier problème, c’est sa crédibilité, elle parle d’un sujet dont elle ne fait pas l’expérience : la maternité. L’équipe dirigeante du magasine est frileuse à l’idée de la nommer. Pourtant devenir mère est le souhait central de la vie d’Hari.

Malheureusement, elle est célibataire. En Corée, devenir mère célibataire est impensable, aucune clinique n’acceptera que vous ayez accès à une PMA. Elle essaye d’acheter le sperme d’un donneur au marché noir, se fait dénoncer et passe au journal télévisé du soir. Son histoire jette l’opprobre sur le magasine et sa famille. Hari est obligée de s’excuser et d’expliquer son problème : non seulement elle est célibataire, ayant presque la quarantaine mais surtout elle souffre d’endométriose ce qui rend ses chances de grossesse encore plus mince et l’urgence encore plus grande.

Son dernier espoir : trois hommes de son entourage : un jeune collaborateur, un photographe et un ami d’enfance. Lequel choisir pour procréer en toute légalité ? Elle choisira le photographe, qui omet un détail majeur : lui aussi souffre d’infertilité.

L’originalité de cette série, ce sont les sujets abordés : l’endométriose (Hari en parle avec la gynécologue et se tord de douleurs lors d’une crise dans son salon). On suit un couple qui en est à sa quatrième PMA, et le plus inattendu, le compagnon d’Hari infertile, se rend chez son médecin, subit un traitement et parle des effets secondaires.
Le couple fera-t-il le deuil de la parentalité? Qu’elle est leur priorité respective? Comment traverser cette épreuve? Une vision inédite des questions de société dans une culture où la place des femmes se mesurent encore à l’aune de leur physique

Lire aussi :

CORSET FREE : LA RÉVOLTE DES CORÉENNES CONTRE LA DICTATURE DE LA BEAUTÉ.

“KIN JIYOUNG, NÉE EN 1982” : LE PREMIER ROMAN CORÉEN FÉMINISTE

Disponible sur Rakuten Viki en VO sous-titrée en français.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.