“AINSI SOIENT ELLES” LA SÉRIE PHOTOGRAPHIQUE QUI AFFICHE LES FEMMES DE PLUS DE 40 ANS

Ema Martins "Ainsi soient-elles"
Ema Martins © Ema Martins

Ema Martins a lancé en 2019 une série de portraits de femmes de plus de 40 ans. Une mise en visibilité traitée en niveaux de gris, de noir et de blanc. La jeune photographe puise ses inspirations au gré des rencontres et composent le portrait d’une génération en mal de représentation.

La grand-mère d’Ema Martins est la source de son inspiration. Un moteur puissant qui donne à la jeune artiste l’envie de photographier des femmes, sans intention précise. Elle démarre ce qui deviendra une série par le shooting d’une mannequin silver. Un test pour valider l’esthétique. “Je fonctionne à l’instinct, au coup de cœur, par rapport à l’univers que chaque femme dégage. Une femme m’amène à une autre” souligne Ema Martins. “Ainsi soient-elles” nait de cette première rencontre. Autant de femmes et de parcours inspirants que la créatrice de la série ne retrouve parmi de plus jeunes modèles. “Ces femmes dégagent quelque chose en photo que ne donnent pas les plus jeunes. Je trouve qu’en photo c’est passionnant, elles ont un charisme qui m’attire”.

Montrer leurs ambitions

Les femmes qui passent devant son objectif ont des parcours de vie divers. “Ce qui est intéressant c’est d’aller à leur rencontre pour montrer leurs ambitions aujourd’hui”. Ema Martins puisent ses modèles sur Instagram, des femmes connues ou pas. L’idée première est de déconstruire les stéréotypes liés à l’âge et d’exprimer une autre facette de leur personnalité. Par exemple, la comédienne Marina Tomé lui raconte le combat de l’association de l’AAFA contre l’invisibilité des actrices de plus de 50 ans à l’écran. “Certaines femmes défendent des combats féministes, d’autres non”. Toute cette diversité compose une galerie d’émotions puissantes, plus descriptive de cette génération que l’âge seul.

Marina Tomé "Ainsi soient-elles"
Marina Tomé “Ainsi soient-elles” © Ema Martins

Toutes les nuances de gris

Ema Martins trouve son style au fur à mesure des shootings dans son studio parisien. Les émotions diffèrent en couleur glisse-t-elle. “Je ne voulais pas d’un noir et blanc très contrasté, J’aime tout ce qui est un peu gris”. Ses portraits affichent des femmes qui n’ont pas le sourire aux lèvres. Ils dessinent des femmes fortes, sensibles et parfois nostalgiques. La photographe définit son style à l’encontre des conventions affirmées après 50 ans. “J’aime les smokey eye (yeux charbonneux) que la maquilleuse gradue au fur et à mesure de la séance. Je prends aussi les visages par en dessous”. Le cou, les rides et le menton apparaissent avec personnalité. Chaque shooting est une représentation qui s’achève dans la loge par l’ultime démaquillage.

La série pourrait devenir un livre et s’accompagner d’un autre volet tout en rouge. Toujours avec des “silver”, terme qu’Ema Martins a fini par adopter, ayant banni celui de senior trop peu représentatif de cette génération. La démarche s’inscrit dans une volonté profonde de changer les codes négatifs liés au vieillissement. “Pour pouvoir se dire que quand on passera ce cap là ce sera différent”. Ainsi soient-elles !

Kim serie "Ainsi soient elles"
“Kim” Ainsi soient-elles © Ema Martins

Comments · 1

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.