5 PRÉSENTATRICES AMÉRICAINES ATTAQUENT LEUR CHAINE POUR DISCRIMINATION LIÉE A L’ÂGE

jaipiscineavecsimone_actu_media_agisme_NewYork
Capture Twitter Unseen on TV

Agées de 40 à 61 ans, cinq journalistes de la chaine NewYork One (NY1) ont porté plainte contre leur employeur pour discrimination liée à l’âge.

Dans une tribune publiée le 19 juin, jour du dépôt de leur plainte, Roma Torre, 61 ans, Kristen Shaughnessy, 50 ans, Janine Ramirez, 49 ans, Vivian Lee, 44 ans et Amanda Farinacci, 40 ans ont assigné Charter Communication devant le Tribunal Fédéral de New-York. Elles accusent l’entreprise nouvellement propriétaire de la chaine locale NY1 de les avoir écartées de l’antenne en raison de leur âge. “Nous sommes traitées comme des citoyennes de 2ème classe depuis des années, (…) Bien que nos cœurs et nos âmes soient investis dans notre travail, nos carrières respectives ont récemment accusé un net recul, car nous avons été confrontées à la dure réalité de la discrimination entre les sexes et de l’âgisme”.

Il n’est pas surprenant qu’une entreprise dépourvue de direction féminine (…) ne prenne pas les mesures qui s’imposent pour que ces questions soient prises au sérieux et traitées comme il se doit.

Plainte
Chaque présentatrice a été remplacée par un sosie plus jeune …

Des temps d’antenne réduits au profit de femmes plus jeunes

A l’appui de leur plainte, elles expliquent avoir vu leur temps d’antenne considérablement réduit au profit de femmes plus jeunes ( leur clone avec 20 ans de moins ainsi que le prouve le montage photo inclut dans la plainte) et d’hommes moins expérimentés. Les journalistes ne manquent pas de rappeler l’indiscutabilité de leurs compétences, puisque toutes ont reçu des prix récompensant leur travail. Notamment un Emmy Award pour Roma Torre qui travaille pour la chaine depuis son lancement en 1992. “En ce 21ème siècle, nous devrions avoir dépassé depuis longtemps le double standard qui permet aux hommes de vieillir alors que les femmes ont une date d’expiration”. Ces femmes “avec plus de 100 ans d’expérience collective” pointent ce “phénomène” récurrent dans les médias. Et soulignent l’initiative #Seeher du New York Times en 2016 visant à garantir la représentation fidèle des femmes dans les médias.

Le message aux femmes journalistes est clair et net : ne causez pas de problèmes, ne prenez pas le parti de d’autres femmes et quoi que vous fassiez, ne vieillissez pas.

Demetria Kalodimos, citée dans l’article du New-York Times

Une cause universelle

Car au delà de leur situation personnelles, les présentatrices estiment que leur action a une portée “universelle”. “Nous nous battons pour toutes les femmes qui ont atteint un certain âge et qui ont été intentionnellement marginalisées, passées au second plan et jugées moins pertinentes en raison de leur âge”. Elles invitent également les rédactions à faire leur introspection sur cette question qui n’est pas “nouvelle”. Les présentatrices ont choisi de prolonger leur combat sur les réseaux sociaux avec le #Broadcastwomen et particulièrement sur Twitter avec un compte dédié “Unseen on TV” (invisible à la télé). Charter Communication dit avoir pris ces allégations “au sérieux”, mais après “un examen exhaustif” ne “pas les avoir trouvées justifiées”.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.