APRÈS 50 ANS LES FEMMES ENTREPRENNENT ET RÉUSSISSENT !

les femmes de 50 ans entreprennent et réussissent
photo illustration

Article répéré sur Forbes

C’est en substance le propos d’un article de Forbes en réaction à un long essai publié par Arthur C Brooks, président du Think Thank conservateur American Enterprise Institute dans lequel il annonce le déclin professionnel dès 50 ans. Faut-il se résigner ?

Au terme d’un très long essai (en anglais) intitulé “Votre déclin professionnel arrive bien plus tôt que vous ne le pensez”, l’expert en sciences sociales Arthur C Brooks énumère une série d’arguments pour démontrer que les performances entrepreneuriales sont à leur apogée bien avant l’âge de 50 ans. Une évidence pour les sportifs de haut niveau, mais plus discutable en matière de business. Citant notamment une étude de la Harvard Business Review, l’auteur rappelle que les start up valorisées au delà d’un milliard de dollars est l’apanage de jeunes fondateurs (entre 20 et 34 ans). Malheur à celui ou celle qui n’accepterait pas le point culminant de sa carrière au delà de l’âge de 50 ans.

“Ce n’est pas vrai que plus personne n’a besoin de toi.” 

A l’appui de son constat, l’auteur raconte une conversation surprise dans un avion. “Ce n’est pas vrai que plus personne n’a besoin de toi.”  Ces paroles venaient d’une femme âgée assise derrière moi dans un vol de nuit entre Los Angeles et Washington, DC. L’avion était sombre et silencieux. Un homme que je supposais être son mari murmura presque inaudiblement en réponse, quelque chose comme “je voudrais être mort”. (…) Je ne voulais pas écouter, mais je ne pouvais pas l’empêcher. J’écoutais avec une fascination morbide, formant une image de l’homme dans ma tête alors qu’ils parlaient. J’imaginais quelqu’un qui avait travaillé dur toute sa vie dans une relative obscurité, quelqu’un dont les rêves n’étaient pas atteints (…) À la fin du vol, lorsque les lumières se sont allumées, j’ai finalement aperçu l’homme désolé. J’étais choqué. Je l’ai reconnu – il était et est toujours célèbre dans le monde entier“.

Les femmes plus âgées représentent une part croissante des meilleures startups

Forbes nuance ce point de vue. La vision d’Arthur Brooks se fonde essentiellement sur l’évolution de carrière des hommes au sein d’entreprises traditionnelles, où les femmes ont du mal à se faire une place. Elles développeraient avec réussite leur propre business plus tardivement, en raison de l’éducation des enfants. Selon le magazine, ces femmes plus âgées “représentent une part croissante des meilleures startups”. Ainsi, aux Etats-Unis, au cours des 20 dernières années, le nombre d’entreprises appartenant à des femmes a augmenté de 114%, pour un taux de croissance national global de 44% cite le magazine. En France, la dernière étude INSEE indique qu’en 2018 les femmes ont lancé 39% d’entreprises et représentent quatre entrepreneurs sur dix.

Les atouts des entrepreneuses de 50 ans

Ces entrepreneuses de 50 ans prendraient plus de risques pour générer plus d’impact. “Sortant de l’ombre de leur famille, (ces femmes) deviendraient les leaders de nouveaux mouvements”. Par ailleurs, passé la quarantaine, elles mettraient à profit leurs réseaux cultivés tout au long de leur carrière. Mais la réussite des femmes est toujours suspecte. Si les hommes s’accordent le “bénéfices du doute” et pratiquent une fraternité d’autant plus forte qu’ils sortent des mêmes écoles, les femmes n’en bénéficient pas. Mais ce que Arthur C Brooks dénonce est un système patriarcal qui fragiliserait les hommes à l’aube de la cinquantaine. Forbes indique que les femmes deviennent puissantes en prenant de l’âge. Une bonne nouvelle !

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.