“POURVOIR FÉMINISTE”, LE THINK TANK ACTIVISTE

Pourvoir Féministe
© Instagram Pourvoir Féministe

Fondée au mois de juin, l’association “Pourvoir Féministe” ambitionne de peser sur la vie politique. Portées par l’absence de lobbiyng féministe auprès des institutions politiques, les fondatrices souhaitent agir pour transmettre au coeur du pouvoir les revendications citoyennes. La nomination de Gérald Darmanin au ministère de l’intérieur a agit comme un révélateur.

“Pourvoir Féministe” est née de l’urgence à faire entendre la voix des femmes au coeur du pouvoir politique. “Nous voulons faire bouger les lignes et sur le long terme former une génération de citoyennes qui défendent les intérets des femmes” explique Myriam Mira, l’une des fondatrices de l’association. Un constat qui surfe sur les espoirs déçus de “la grande cause du quinquennat”. “Le Ministère s’est changé en Secrétariat d’Etat. Les stratégies qui ont fait leur preuve dans d’autres pays pour lutter contre les violences faites aux femmes et les féminicides n’ont pas été adoptées ici” détaille la militante pour qui le féminisme est une cause politique.

La saisine de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique

L’association co fondée par Anaïs Leleux ex-membre du comité de pilotage du collectif Nous Toutes, Floraine Jullian et Pierre (qui souhaite rester anonyme) n’a pas attendu la rentrée pour réagir à la nomination du ministre de l’Intérieur. Le collectif a saisi la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique et mis en ligne un formulaire qui permet d’interpeller directement l’instance. “La nomination de Gérald Darmanin au ministère de l’Intérieur est-elle éthique ? N’y a-t-il pas conflit d’intérêts ?“. Une technique qui avait ses preuves lors de la mobilisation contre le Syngof, syndicat des gynécologues qui menaçait de faire “la grève des IVG”.

Les actions de Pourvoir Féministe

L’association ne remet pas en cause la présomption d’innocence mais alerte sur la question du trafic d’influence. Sur le site, le collectif en souligne l’importance. “À deux reprises, Gérald Darmanin a été accusé d’avoir profité de sa position pour obtenir des « faveurs sexuelles ». Aux deux femmes, il aurait promis, d’après leurs récits, d’intervenir en leur faveur”. La seconde plaignante “s’est sentie” obligée d’avoir un rapport sexuel pour obtenir un logement. L’enquête ouverte pour “abus de faiblesse” a été classée sans suite en 2018.

Un combat féministe amplifié sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux ont amplifié l’action de Pourvoir Féministe. Très active sur Instagram et Twitter, les militantes reprennent les articles consacrées à l’affaire Darmanin.”Médiapart a ainsi rapporté que les quatre bailleurs sociaux auxquels avait écrit Gérald Darmanin pour appuyer le dossier de l’administrée n’ont jamais été auditionnés. Ce qui témoigne, selon nous, d’une consternante légèreté” écrivent les activistes. Au delà du cas Darmanin, Myriam Mira souligne le décalage avec l’annonce de la grande cause du quinquennat. “Notre garde des sceaux, Eric Dupond Moretti s’est prononcé contre la libération de la parole des femmes publiquement. Alors qu’il est en charge du ministère qui doit recueillir la parole des victimes et leur rendre justice”.

Une passerelle entre les citoyennes et les politiques

Pourvoir Féministe se veut une passerelle entre les citoyennes et le monde politique. Un lobby “pour pousser les questions féministes au sein des instances décisionnaires” résume Myriam Mira. A la rentrée, le collectif lancera un tour de France pour faire remonter les doléances et les requêtes des femmes. “Ce qui permettrait par exemple d’attirer l’attention sur la fermeture des plannings familiaux qui restreint l’accès à l’IVG“. Egalement prévue, une convention citoyenne féministe calquée sur celle du climat afin de faire émerger les sujets qui seront ensuite soumis aux politiques.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.