LES MAIRES AMÉRICAINES FACE AU CORONAVIRUS

villes américaines
illustration/Unsplash

Face à l’incurie de l’administration Trump dans la lutte contre la pandémie, les femmes maires de grandes villes réagissent. Sans attendre, elles ont engagé une politique de réponse rapide à la crise.

Alors que Donald Trump minimisait l’épidémie et invitait la population à fêter Pâques au balcon, les femmes maires de grandes villes américaines ont riposté efficacement. La maire démocrate de Chicago, Lori Lightfoot élue à ce poste en 2019 a eu une stratégie d’union. Face à la pandémie qui fragilise les communautés d’immigrants et de réfugiés, elle a signé un décret leur garantissant un accès égal aux prestations et services fournis par la ville. “Ce décret est plus qu’un simple décret officiel, c’est une déclaration de nos valeurs” a précisé la première femme noire et homosexuelle élue à ce poste à Chicago.

Ici à Chicago, dire “nous sommes tous dans le même bateau” signifie que pendant cette crise, personne n’est laissée de côté et personne n’est laissée derrière.

Lori Lightfoot, maire de Chicago

La maire de Chicago étend les ressources aux immigrants et aux réfugiés

Un discours sans stigmatisation qui permet aux résidents quelque soient leur statut de bénéficier du programme  programme COVID-19 Housing Assistance Grant, et aux étudiants d’accéder aux ressources en ligne des écoles publiques. C’est aussi une réponse aux aides fédérales du “Care Act” qui excluent les immigrants illégaux, comme le souligne l’Institut Montaigne. Par ailleurs, elle délivre une communication de proximité, n’hésitant pas à se mettre en scène pour inciter la population à rester à la maison. Dans un Tweet, la procureure suggère des activités pour contrer l’ennui.

Une communication incarnée que partage aussi Jenny Durkan, la maire de Seattle, première ville des Etats-Unis touchée par le coronavirus. Sur Instagram, l’ancienne procureure nommée par Barack Obama publie quotidiennement des posts et des vidéos. “Cela n’a pas été facile – mais comme nous avons commencé très tôt à nous distancer socialement, notre région a vu des signes prometteurs d’aplatissement de la courbe. Malgré le beau temps printanier de ce week-end, nous ne devons pas faiblir. Restez chez vous, soyez en sécurité“. Un soutien bienveillant qui tranche avec la stigmatisation du discours fédéral.

La maire de Seattle s’adresse aux autres maires

Dans une tribune publiée le 14 mars dans le Washington Post et intitulée “Ce que tous les maires doivent savoir à propos du virus”, Jenny Durkan dresse une “to do list”. Parmi ses recommandations, elle enjoint de ne pas attendre pour déclarer l’urgence, annoncer des règles claires pour “pour tous les transports en commun, les commerces de détail” mais aussi de se préoccuper des populations les plus fragiles. “Imposer un moratoire sur les expulsions afin que les personnes ne puissent pas perdre leur maison au milieu de cette crise“. La ville s’est engagée à fournir 800 dollars en bons d’épicerie à 6 250 familles déjà inscrites à des programmes de garde d’enfants et d’aide alimentaire soutenus par la ville, La maire démocrate encourage les associations et les fondations “à créer des fonds d’intervention pour les plus vulnérables et pour les petites entreprises”.

La maire de la Nouvelle Orléans communique quotidiennement

Autre maire sur le front, LaToya Cantrell élue en 2018 à la Nouvelle Orléans doit gérer le principal foyer épidémique du pays accéléré par la tenue du carnaval du Mardi Gras. Un maintien très critiqué au vue du nombre de contamination : 22 532 cas et 10156 décès. Depuis le confinement déclaré le 20 mars, elle reporte quotidiennement ces chiffres sur ses réseaux sociaux. Ses services ont créé un site internet permettant aux citoyens, aux organisations à but non lucratif et aux entreprises de faire des dons de masques en tissu aux employés non médicaux des épiceries, des restaurants, des bénévoles qui distribuent des repas.

Surmortalité des noirs

Les villes de Chicago et de La Nouvelle Orléans partagent un nombre très important de morts parmi la population noire. Elle représente 70% des décès alors qu’elle ne ne compose qu’un tiers des habitants. Une disparité qui révèle les inégalités flagrantes de l’accès aux soins aux Etats-Unis. L’AFP rapporte que “l’organisation de défense des minorités Lawyers’ Committee for Civil Rights Under Law a sommé les autorités sanitaires fédérales de ” publier immédiatement des données ethniques et raciales “ sur le dépistage et la prévalence du Covid-19″. Aux Etats-Unis les données ethniques sont autorisées, ce qui n’est pas le cas en France.

Un réseau d’échanges entre les villes américaines

Plus largement, L’institut Montaigne souligne que la coordination entre maires américains est un élément clé dans la réponse à la pandémie. L’ancien maire de New York Michael Bloomberg a financé un réseau virtuel de partage d’expériences, la Coronavirus Local Response Initiative. Une réaction aux décisions fédérales. “Les maires sont en première ligne des plus grands défis auxquels le pays est confronté, notamment la crise du coronavirus” écrit-il. “Mais en ce moment, il y a un énorme fossé entre le soutien que le gouvernement fédéral apporte et celui dont les gouvernements locaux ont besoin. Cette nouvelle initiative – une collaboration sans précédent impliquant des experts de Harvard et de Johns Hopkins – aidera à combler ce fossé, et aidera les dirigeants locaux à travailler pour prévenir la propagation du virus et protéger le bien-être social et économique des communautés”.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.