LE BUS DU COEUR CONTRE LES MALADIES CARDIO VASCULAIRES DES FEMMES

le bus du coeur
© Agir pour le coeur des femmes

La fondation Agir Pour Le Coeur Des Femmes initie avec le bus du cœur une campagne de prévention contre les maladies cardio vasculaires, première cause de décès des femmes en France. Souvent minorées les signes de ces pathologies conduisent au décès de 200 femmes chaque jour.  Prévention et prise en charge sont les maîtres mots de cette entreprise inédite.

Les femmes sont en France plus sujettes à la précarité que les hommes : temps partiels, charge mentale et abnégation en font des candidates idéales pour les maladies cardio-vasculaire. Les femmes constituent 70% des travailleurs pauvres en France et elles occupent 80% des emplois précaires. Elles sont par conséquent près de 9,5 millions à repousser leurs soins de santé chaque année, faute de temps et de moyens. Moins bien diagnostiquées que les hommes, elles présentent des symptômes cardio-vasculaires moins alarmants. « Prendre en charge les hommes et la femme de la même façon ce n’est pas possible » estime la radiologue Isabelle Uzan. Car les femmes tendent à présenter des symptômes qui diffèrent de ceux des hommes et sont souvent plus sujettes à des complications liées à la maladie ou à son traitement.  

En cause, les études scientifiques majoritairement réalisées sur des hommes impactant les femmes, sur la santé desquelles existe un véritable manque d’information. La professeure Gabrielle Sarlon invitée de notre webinaire “50 ans, âge de tous les dangers pour la femme ?” estime que « les études commencent à s’actualiser et (a) bon espoir qu’on puisse avoir des données médicales plus spécifiques à la femme ».

Des inégalités dans la prise en charge des maladies cardio-vasculaires

Par ailleurs, les femmes font face à un manque de prévention et d’information majeur, causé par leurs occupations professionnelles et familiale. Cette charge mentale les empêchent de s’écouter et d’avoir accès à une médecine spécialisée. Un manque d’accès à l’information qui les prive des connaissances sur leur propre santé après la ménopause poursuit Gabrielle Sarlon : « Passé 50 ans, le risque cardiovasculaire de la femme rejoint celui de l’homme puisqu’il n’y a plus la protection naturelle des oestrogènes de la femme. Ce risque finit même pas être supérieur à celui de l’homme en raison de l’augmentation de l’espérance de vie de la femme ». Des informations essentielles mais difficiles d’accès pour les femmes en raison du peu de temps qu’elles consacrent à leur santé.

Un constat que les co-fondateurs du fonds de dotation Agir Pour Le Coeur des Femmes souhaite modifier avec ce mantra « Alerter, anticiper, agir ». Claire Mounier-Vehier cardiologue exerce à l’Institut Coeur Poumon où elle dirige le service de médecine cardio-vasculaire et d’hypertension artérielle. Présidente de la fédération française de cardiologie de 2015 à 2019, elle souhaite faire prendre conscience aux femmes de leur intérêt à prendre soin de leur santé. Thierry Drilhon dispose quant à lui d’une très grande expérience dans le domaine des technologies. Ancien dirigeant d’entreprises internationales comme Microsoft, il s’est engagé pour le cœur des femmes en participant pendant dix ans à la “Course du cœur” avant de co-fonder Agir Pour le Coeur des Femmes.

Les médecins s’accordent pour reconnaître que la prise en charge du risque cardio-vasculaire des femmes est bien moins efficace que celle des hommes. Que cela soit en terme de prévention ou de détection, les femmes font face à un risque accru après la ménopause et les maladies cardio-vasculaires sont à l’origine de plus de 75.000 décès par an. La fondation se donne donc pour objectif de sauver la vie de 10.000 femmes en 5 ans.

Venez rencontrer le Bus Du Coeur !

Dès le 29 septembre la fondation fera circuler le Bus du Coeur qui permettra aux femmes en situation de précarité d’accéder à des informations sur les risques cardio-vasculaires et de participer à un dépistage des maladies cardio-vasculaires. Le bus passera dans cinq villes et restera trois jours dans chaque ville : Lille, Marseille, Avignon, La Rochelle et Saint-Etienne. Les femmes qui le souhaitent pourront ainsi avoir accès à des conseils de prévention, des conseils sur leur hygiène de vie et se verront proposer un suivi coordonné et orchestré par des professionnels locaux. Toutes les femmes pourront obtenir des conseils, alors si vous êtes dans ces villes aux dates suivantes, n’hésitez pas à vous rendre au Bus du Coeur. Parlez-en à vos amies, rendez-vous-y à plusieurs et faites reculer le risque cardiovasculaire en France.

Infos et détails

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.