LA VRAIE VIE DES QUINQUAS ENFIN EN SÉRIE

Capture bande annonce hamishim-cinquante
Capture bande annonce “hamishim cinquante” ARTE

La représentation des quinquas au cinéma et dans les séries peine à véritablement décoller ces dernières années. Pourtant, Hamishim-Cinquante est peut-être LA sortie de l’été qui devrait vous séduire. La série israélienne diffusée récemment sur Arte s’intéresse à la vie d’une femme de presque cinquante ans, sans la dénigrer et de la manière la plus fidèle possible. Un must-see.

La ménopause est une période complexe dans la vie d’une femme : au delà d’un changement hormonal, la ménopause s’accompagne de toutes sortes de symptômes tous plus variables les uns que les autres. C’est est un changement d’état au même niveau que la puberté ou le passage à l’âge adulte. Elle modifie le rapport des femmes à tout ce qui les entoure, tant dans leur environnement que dans leurs relations. Un changement qui peut s’avérer d’autant plus brusque qu’il est tabou dans la plupart des sociétés occidentales, et que les femmes qui la traversent se trouvent souvent délaissées par le corps médical. Un passage tu et secrètement gardé, qui invisibilise les femmes vieillissantes, à qui il est presque demandé de se cacher.

Représenter la ménopause à l’écran, un sacré défi

C’est à ce phénomène qu’a voulu s’opposer l’autrice et réalisatrice Yael Hedaya. Celle qui a commencé comme romancière à succès en Israël s’est reconvertie en scénariste pour la série BeTipul, la version originale de En Thérapie, autre série proposée par Arte. Yael Hedaya s’attaque donc aux stéréotypes sur l’âge et la ménopause dans sa nouvelle série Hamishim-Cinquante dans un récit semi-autobiographique. Lors de la promotion de sa série, la scénariste a déclaré : « La ménopause, c’est comme l’adolescence ». Une série de changements physiques et psychologiques, que la télévision ne juge pas nécessaire de montrer.

Pour changer cette vision pourvue de clichés et faussée par nos représentations, la scénariste dépeint une femme de cinquante ans dynamique, pleine de projets mais aussi sensible et accablée par la charge mentale. Une représentation plus fidèle de la cinquantenaire que celle des séries hollywoodiennes qui tendent à présenter les quinquas à travers des personnages stéréotypés et quelque peu extrêmes (la fameuse image de la “mémère”).

Une série bourrée d’humour et d’auto-dérision

L’histoire est donc celle de Alona Nahmias, une veuve de 49 ans (et demi !) et mère de trois enfants qui se challenge à l’aube de ses cinquante ans. Ses objectifs ? Réussir à vendre sa série comique (autofictionnelle elle aussi) et recoucher avec un homme, sept ans après la mort de son mari. Si les producteurs à qui elle présente son scénario sont toujours emballés par l’histoire de cette femme, ils essaient toujours de changer son âge pour la rajeunir : une femme de 50 ans à la télévision, ça ne séduit pas.

La série aspire à dédramatiser le vieillissement et la ménopause, des périodes qui tendent à être redoutées par les femmes en raison de la mauvaise publicité faite aux rides, aux cheveux blancs et aux corps “imparfaits” (cf les crèmes anti-rides, les critiques sur la plage ou l’injonction aux cheveux colorés). En plus d’aborder des sujets habituellement soigneusement évités, Hamishim-Cinquante traite de la ménopause avec humour et auto-dérision, Yael Hedaya qui souhaitait offrir aux quinquas un équivalent des séries Girls  pour les vingtenaires ou Sex and the city pour les trentenaires semblent avoir réussi son pari. “Je suis dingue de ces deux séries mais je trouve que le prisme des quinquagénaires est beaucoup plus large et donc plus intéressant.” a-t-elle précisé. Un prisme rarement observé et qui peut désormais l’être en replay sur Arte dans cette série courte de huit épisodes, à regarder en attendant le soleil d’août.

Lire aussi sur J’ai Piscine Avec Simone :

MÉNOPAUSE : SES EFFETS SERAIENT TEMPORAIRES SUR LE CERVEAU

MÉNOPAUSE : DES STÉRÉOTYPES D’UN AUTRE ÂGE

“MÉNOPAUSÉES” LE DOC QUI LIBÈRE LA PAROLE DES FEMMES

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.