“EN OCCIDENT ON EST ENCORE SOUS LE PATRIARCAT” ? LES QUESTIONS GÊNANTES DE LÉA SALAMÉ ET NICOLAS DEMORAND

Léa-Salamé_Nicolas-Demorand
Capture site France Inter

Le “Grand entretien” de la matinale de France Inter du 29 août avait pourtant de quoi réjouir. L’historien Ivan Jablonka venu présenter son nouveau livre “Des Hommes justes. Du patriarcat aux nouvelles masculinités” (Ed du Seuil) répondait aux questions de Léa Salamé et Nicolas Demorand. Une réflexion inédite qui a été caricaturée par les journalistes.

Sur la matinale la plus écoutée de France, l’historien explique la démarche de son ouvrage. “Les hommes ont mis en oeuvre la liberté, mais pas celle des femmes”. Il poursuit “Quand les hommes s’intéressent aux inégalités, ils omettent celles qui leur profitent”. Une réflexion plutôt inédite qui s’inscrit selon Ivan Jablonka comme “une enquête historique sur les sociétés patriarcales”. L’auteur constate que “les femmes demeurent un point aveugle de la démocratie” avant que Léa Salamé ne s’indigne, “vous réclamez une nuit du 4 août (abolition des privilèges en 1789) où collectivement les hommes renonceraient à leur privilège. Carrément une nuit du 4 août ? Là s’invite la moquerie.

Ivan Jablonka explique alors qu’après la Révolution on a parlé des droits de l’homme mais ceux des femmes restent absents. “Olympe de Gouges dira et les droits des femmes”? Il rappelle que “les privilèges masculins sont partout” et regrette que le mot patriarcat soit si peu employé dans les manuels scolaires de l’école à l’Université où il enseigne. Léa Salamé interroge sceptique,”Vous dites qu’aujourd’hui en Occident on est encore sous le patriarcat” ? Imperturbable, l’historien renvoie la balle. Quels hommes ont accepté de réfléchir sur le modèle masculin ? Personne”. Il précise “Ce sont des questions très intimes qu’on doit poser notamment sur  la séduction“. En choeur, les journalistes gloussent et s’exclament “on va y venir croyez-nous !

“Quel est le problème avec la galanterie” ?

“Ce que vous écrivez nous a fait sursauter” lance Nicolas Demorand. Et Léa Salamé fonce “Quel est le problème avec la galanterie, Ivan Jablonka ? Avec le fait de porter la valise d’une femme ou de lui faire un compliment ? L’auteur répond ” Porter la valise d’une femme parce qu’elle est une femme, c’est sous-entendre qu’elle n’en est pas capable et qu’elle a besoin d’être secourue. Je crois que la galanterie porte en elle des rôles sexués” avant de réfuter la critique de la journaliste le traitant de “Robespierriste”. L’historien garde cependant le mot de la fin en retournant une question définitive “Est ce que vous avez entendu des hommes prendre publiquement la parole pour pour dire réfléchissons à nos privilèges, réfléchissons à notre prépondérance de genre”.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.