AU JAPON DES FEMMES INTERDITES DE PORTER DES LUNETTES

jjaipiscineavecsimone_société_glassesban_japonaises
photo illustration/Unsplash

Sexisme ordinaire au Japon où certaines entreprises interdisent aux femmes de porter des lunettes. L’info diffusée par une chaine nippone a déclenché la colère des internautes avec le #glassesban.

Les raisons de l’interdiction varient en fonction des secteurs d’activité. L’info reprise par The Independant détaille les objections au port de lunettes pour les femmes. Toutes plus surprenantes les unes que les autres. Certains commerçants expliquent que cela donne “une expression froide” aux vendeuses. Des restaurateurs invoquent un argument historique, le port des lunettes ne s’accorde pas aux vêtements traditionnels ! Pour le secteur de la beauté, c’est une évidence, comment se rendre compte du maquillage des employées derrière leurs verres ? Enfin des questions de sécurité sont invoquées dans le transport aérien.

#glassesban

Un ensemble de justifications qui a déclenché une vague de tweets rageurs. Avec le #glassesban (les lunettes sont interdites) les japonaises ont posté des photos de leurs lunettes. Cette discrimination qui suggère le port de lentilles de contact, plus couteux et pas unanimement toléré rejoint une vision toujours archaïque des femmes. Cette codification vestimentaire imposée aux japonaises n’est pas nouvelle. En juin de cette année, le hastag #Kutoo (contraction de chaussure et douleur) était né sur les réseaux sociaux pour protester contre l’obligation de porter des talons hauts. Si la législation ne l’impose pas, les employeurs ont une large autorité en la matière. Et peuvent imposer des codes vestimentaires au sein de leur entreprise.

Lire aussi : LE PORT DES TALONS EST “NÉCESSAIRE ET APPROPRIÉ” POUR LES JAPONAISES

Dès l’enfance, les japonaises doivent se soumettre aux règles des établissements scolaires. Des uniformes aux teintures imposées des cheveux estimés pas assez noirs, les nippones subissent une culture patriarcale qui leur laisse le “Joshi-ryoku”, un mot complexe qui désignerait le pouvoir des femmes. Il s’incarnerait dans leur capacité à apprendre. En fonction des circonstances, cela traduit tout aussi bien la capacité à être une bonne mère au foyer ou savoir gérer son travail avec compétence .

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.