APRÈS 50 ANS “LE DIVORCE GRIS” AUGMENTE

vie conjugale INED
illlustration ©Unsplash

Les cinquantenaires d’aujourd’hui ne ressemblent à pas à la génération des quinqua nés vingt ans plus tôt. Une étude de l’Institut national d’études démographiques (Ined) révèle que leur vie conjugale est plus libre et s’affranchit de toute forme d’union.

Il y a vingt la vie conjugale des femmes et hommes de 50 ans étaient uniformes. La plupart des couples n’avaient connu qu’une union “au sein d’un couple marié avec enfants”. Anne Solaz, la chercheuse qui publie le rapport constate une plus grande diversité des situations. lls ne sont plus que 57 % â être mariés aujourd’hui contre 79% pour la génération née en 1945. “On dénombre beaucoup plus de personnes jamais mariées, 30 % des hommes et 25 % des femmes pour la dernière génération observée, née en 1965”, affirme l’étude.

Un tiers des quinqua ont vécu déjà 2 unions

Rarissime dans les années 30, les unions successives sont courantes dans les années 1960, puisque “un quart des hommes et des femmes de 50 ans ont déjà connu au moins deux unions”. Cette symétrie ne dure pas. A mesure que l’âge augmente, les écarts s’accroissent car les femmes sont moins nombreuses que les hommes à reformer une union, passé 50 ans. La tendance est confirmée par Margot Sitruck, la fondatrice de “Passions”.Les femmes de 50 ans sont tout à fait prête à vivre des histoires d’amour, mais en revanche plus du tout dans l’optique de vivre avec quelqu’un. C’est l’amour chacun chez soi”.

Les hommes sont plus enclins à se réengager mais auprès d’une femme plus jeune. L’étude révèle que 37 % des hommes entre 50 et 59 ans déclarent probablement ou certainement avoir l’intention de former une nouvelle union contre 24 % des femmes. Par ailleurs, les personnes qui n’ont jamais été en couple seront les plus exposées à vieillir seules. Sur le “marché de l’amour”, les divorcées ont une meilleur cote que les veuves.

Le boom des “divorces gris”

Cette génération de quinqua n’hésite plus à divorcer. “Le divorce gris” (en raison de la couleur de cheveux des seniors) connait une augmentation importante. Dans une tendance globale qui est à la baisse pour l’ensemble de la population, le divorce des quinqua détonne. Pour les femmes, ces divorces représentaient 11 % du total des divorces en 1996 et 29 % vingt ans plus tard. Pour les hommes, les chiffres sont 17% et 38%. “L’augmentation relative est encore plus marquée si l’on considère les divorces impliquant un homme ou une femme de plus de 60 ans : leur part a triplé dans l’ensemble des divorces”.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.