LES MATERNITÉS APRÈS 40 ANS SONT EN CONSTANTE AUGMENTATION DEPUIS 1980

maternités après 40 ans
© Pexels Rene Asmussen

L’étude de l’INSEE publiée le 10 janvier l’atteste, la fécondité des françaises après 40 ans ne cessent d’augmenter. Un « baby boom » qui pourrait remettre en question les rôles sociaux attribués aux femmes par la société.

Les maternités après 40 ans ont connu un rebond depuis le milieu des années 80. C’est ce que constate L’INSEE qui a calculé que le taux de fécondité des femmes a été multiplié par trois entre 1980 et 2019. 5,7 % des naissances en 2019 sont issues de maternités dites « tardives », soit 42 800 bébés. Une mère sur trois à plus de 40 ans, une sur quatre plus de 41 ans.

Ce phénomène s’explique par plusieurs facteurs comme l’allongement des études, la mise en couple plus tardive et la volonté de stabiliser sa vie professionnelle avant de faire des enfants. Par ailleurs, le souhait d’avoir un enfant lors de la formation d’un nouveau couple est fréquent. Huit naissances tardives sur dix sont issues de femmes vivant en couple. Autre raison avancée, la généralisation de la contraception. Si l’évolution de la société et les progrès scientifiques permettent ces grossesses, l’INSEE constate cependant qu’il y a un profil type de mère « tardive ».

Un profil type de mère « tardive »

Les femmes cadres ou exerçant une profession intellectuelle supérieure ont la plus forte fécondité après 40 ans lorsqu’elles ont déjà travaillé avec 11 enfants pour 100 femmes entre 40 et 50 ans. A contrario, ce chiffre tombe à 9 enfants pour 100 femmes pour les commerçantes et artisanes, employées, ouvrières et femmes exerçant une profession intermédiaire. Par ailleurs, l’INSEE souligne que « pour les mères de 40 ans ou plus, un quart des bébés sont leurs premiers ».

Autant d’éléments qui sont à même de remettre en cause les rôles sociaux définis par la maternité. A l’âge de la péri ménopause, les maternités « tardives » dissolvent la frontières de la fertilité et ré écrivent la place des femmes dans la société. Les maternités après 40 ans viennent chambouler les représentations de la vieillesse dont l’entrée n’est plus marquée par la fin de fécondité. Une bonne nouvelle en soi.

Lire aussi sur J’ai Piscine Avec Simone :

NAOMI CAMPBELL, MAMAN À 51 ANS, RAVIVE LE SUJET DE LA MATERNITÉ TARDIVE

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.