CACHEZ CE TÉTON ! INSTAGRAM CENSURE L’AFFICHE DU FILM D’ALMODÓVAR

affiche Madres Paralelas
affiche Madres Paralelas avec téton caché par nos soins

La nouvelle affiche du film de Pedro Almodóvar a été révélée le 9 août sur Twitter, réseau social connu pour l’absence de censure sur les corps qu’il procure. Une affiche très sobre, qui présente un téton dans une forme ovale, avec une goutte de lait qui perle. Un rendu très épuré, sur fond rouge, mais qui a néanmoins fait réagir Instagram qui a censuré le visuel.

Almodóvar a choisi de jouer sur la sobriété pour la nouvelle affiche de son film Madres Paralelas, littéralement “Mères Parallèles”. L’affiche a été diffusée le 9 août dernier sur Twitter qui censure très peu (voire pas) la nudité et où le visuel ne s’est donc pas vu être supprimé. L’affiche représente un simple téton duquel coule une goutte de lait, présenté comme la pupille d’un œil dont une larme perlerait. Un simple jeu sur les formes qui donnent vie à une métaphore sur les difficultés et joies de la maternité, le thème principal du film.

Si l’affiche a été postée sur Twitter plutôt que sur Instagram ou Facebook, c’est en raison de la politique très stricte de ces réseaux sociaux quant à la présence de nudité, même lorsque celle-ci sert des objectifs artistiques. Le graphiste de cette affiche, Javier Jaen s’en est pris à Instagram dans un post où il écrit : “Honte à vous Instagram“. Le réseau social a en effet retiré l’affiche pour “Non respect de ses règles d’utilisation”. Un téton qui, s’il avait été jugé masculin, n’aurait posé aucun problème.

Une sexualisation déplacée des corps féminins

Un problème qui, par ailleurs, n’aurait pas été rencontré sur ces plateformes si le téton en question n’avait pas été identifié comme féminin. Un paradoxe quant à la nudité qui sévit les femmes, même quand celles-ci font le choix volontaire d’exposer leurs corps à des fins artistiques ou personnelles. Un problème d’envergure sociale : au mois de juillet, une femme alaitante s’était vue demander d’arrêter d’alaiter son enfant en public dans le parc de DisneyLand Paris. Un plein voyage dans une pièce de Molière : “Couvrez donc ce sein que je ne saurais voir. Par de pareils objets des âmes sont blessées et cela fait venir des coupables pensées”. Encore une fois, l’exhibition du corps gène dès que ce corps est féminin, de part la sexualisation excessive des corps des femmes, qui viennent déranger les hommes dans leur quotidien.

Un film qui lutte contre les représentations faussées

Pourtant, Almodóvar choisit avec ce film de banaliser la maternité. Réputé pour ses films qui mettent les personnages féminins au centre de l’intrigue, Almodóvar propose aux femmes des rôles forts dans lesquels les femmes s’émancipent des hommes et incarnent une nouvelle génération de femmes libres. Madres Paralelas reprend un des thèmes fétiche du réalisateur (la maternité ayant déjà été brossée dans son film Tout sur ma mère par exemple) et suit l’évolution de deux femmes jouées par Penelope Cruz et Milena Smit qui mettent un enfant au monde le même jour et dans le même hôpital. Bien qu’elles soient différentes, leur maternité va prendre des allures semblables (parallèles) bien qu’elles en aient une conception qui diffère. D’un côté, une femme d’une quarantaine d’année, de l’autre, une adolescente, toutes deux célibataires et en proie au doute. Le film sera présenté pour la première fois au 78e festival de Venise en septembre et sera par la suite disponible dans les salles de cinéma.

Almodóvar féministe

Un film résolument féministe, qui adopte un regard féminin (female gaze). Almodóvar a déclaré qu’avec ce film, il retrouvait : “l’universel féminin, à la maternité, à la famille. Je parle de l’importance des ancêtres et des descendants. De la présence inévitable de la mémoire. S’il y a de nombreuses mères dans ma filmographie, celles qui forment une partie de cette histoire sont très différentes. En tant que conteur, ce sont les mères imparfaites qui m’inspirent le plus en ce moment.”. Une ode à la maternité décomplexante et déculpabilisante qui offre une vision juste et touchante du rôle des mères dans nos sociétés.

Lire aussi sur J’ai Piscine Avec SImone :

SOPHIE GOURION : “IL Y A UNE INJONCTION SUR CHAQUE PARTIE DU CORPS DES FEMMES”

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.