FACEBOOK : L’OPÉRATION SÉDUCTION DE SHERYL SANDBERG POUR LA PROMOTION DES FEMMES

Sheryl Sandberg, Chief Operating Officer, Facebook, USA - © Jolanda Flubacher
© Jolanda Flubacher

En marge du Sommet de l’attractivité initié par Emmanuel Marcron et réunissant ce jour à Versailles 140 dirigeants des plus grands groupes mondiaux, Sheryl Sandberg, 48 ans, numéro deux de Facebook en profite pour annoncer un vaste plan d’investissement en France. Premières concernées, les femmes vont bénéficier du programme “She means business” développé depuis deux ans par le géant des réseaux sociaux dans plusieurs pays. L’ambition ? Former au numérique 15 000 femmes pour les aider à créer leur entreprise.

Quelques semaines après les fêtes de Noël la hotte de Sheryl Sandberg est pleine. Dans un post publié ce matin sur sa page Facebook, la directrice opérationnelle du groupe s’est réjouie de sa venue à Paris. Etape stratégique d’un vaste programme européen. “D’ici 2020 nous prévoyons de former au numérique un million de personnes et de dirigeants de petites entreprises en Europe”. A travers cette ambition l’incitation à l’entrepreneuriat féminin est particulièrement ciblée. Sheryl Sandberg compte former 15 000 femmes aux outils numériques. 11 500 grâce à un kit en ligne et 3500 par le biais de formations intensives sur une journée type “boot camp” mises en oeuvre par la start-up Social Builder fondée en 2011 et dirigée par Emmanuelle Larroque. “Facebook est venu vers nous. Il cherchait la perle rare qui soit à la fois capable de faire de l’empowerment par le leadership et les digital skills et aussi de travailler sur tout le territoire français”.

 

Un projet pour le territoire

La dimension sociétale est présente dans le partenariat. A l’enseignement des outils numériques s’ajoute une volonté de faire émerger un leadership féminin. Une approche globale pour “compter dans l’économie numérique”. Un maillage serré d’acteurs institutionnels doit offrir une large diffusion de ces formations avec entre autre le relais de Pôle Emploi. Présenté comme innovante dans sa dimension nationale, ce type de formation existe déjà au niveau régional. Depuis 2015 l’association Trajectio sous la houlette de Martine Canu a conçu en Normandie DIGITELLES, des formations numériques auprès d’une population féminine très éloignée de l’emploi. “plus de 300 femmes ont bénéficié de cette action, au plus près des territoires. Plus de 60% d’entre elles ont trouvé un emploi à l’issue de la formation. Elles sont devenues des e-citoyennes à part entière”. Une qualité reconnu par le label “Grande Ecole du Numérique” et le soutien de la Fondation ORANGE.

 

 

On va lancer en Europe des « Community Hubs », des espaces où les gens peuvent se former aux compétences digitales pour que tout le monde puisse bénéficier des opportunités apportées par les nouvelles technologies. Nous voulons former les gens en groupes avec la volonté de bâtir des communautés qui peuvent s’entraider. Interview Sheryl Sandberg dans LesEchos.fr

 

Une opération stratégique

Depuis deux ans la France est un partenaire de choix. D’abord avec la création du laboratoire parisien d’Intelligence Artificielle dans lequel Sheryl Sandberg prévoit d’injecter 10 millions de dollars d’ici 2022. Puis la création de Station F le plus grand campus de start up au monde créé par Xavier Niel et inauguré en juin 2017. A chaque fois la directrice opérationnelle du réseau social américain était présente. Si la promotion de l’entrepreneuriat féminin s’affiche comme la poursuite d’une politique essaimée dans de nombreux pays, les objectifs de la firme américaine se parent des attributs de la séduction dans un contexte très polémique pour l’entreprise. Pointé du doigt pour son incapacité à modérer les “fake news” sur sa plateforme, Facebook va devoir faire face à des projets de loi sanction en France et en Allemagne. Par ailleurs il s’agit aussi de drainer des flux supplémentaires d’entreprises qui après leur formation utiliseront les services payants de l’entreprise pour se développer. Pour l’heure Sheryl Sandberg profite de son passage à Paris pour renforcer ses réseaux féminins “Lean In”  (en avant toute) du nom de son best seller publié en 2003. 34 000 cercles ont essaimé dans 157 pays pour favoriser la prise de pouvoir des femmes.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.