QUI ÉTAIT L’ACTRICE HATTIE MC DANIEL, LA 1ère ACTRICE NOIRE A GAGNER UN OSCAR ?

Hattie Mc Daniel

Dans le sillage du mouvement Black lives matter réactivé par l’assassinat de George Floyd, la plateforme HBO Max, concurrent de Netflix retire “Autant en emporte le vent” de son catalogue”. Un moment propice pour s’attarder sur Hattie Mc Daniel, l’actrice noire qui incarnait “Mummy”, la nounou esclave de l’héroïne.

Film fleuve de 3h 58, le long métrage a statufié une vision édulcorée du sud esclavagiste. Au côté de Scarlett (Vivien Leigh) se tient Mamma, nounou et esclave noire. Un rôle incarné par Hattie Mc Daniel, actrice américaine née en 1895 dans le Kansas. Elle fait ses armes de danseuse et de chanteuse dans la troupe de son frère Otis, puis à son décès, sillone l’Amérique avec les Melody Hounds dans une interminable tournée. Mais c’est son interprétation dans une série radiophonique qui fait d’elle une pionnière. Et reconnaitra son talent à la fin de sa carrière lorsqu’ elle incarnera “Beulah”, une domestique à qui elle refuse d’attribuer les stéréotypes raciaux.

Un rôle model

Carlton Jackson, auteur de “Hattie, the life of Hattie Mc Daniel” explique qu’elle refusait de faire parler son personnage avec un dialecte. Un détail d’importance au vu d’un programme humoristique qui réunissait tous les soirs plus de 20 millions d’auditeurs. Le biographe suggère qu’elle a aidé à changer les mentalités par la force de l’exemple, une activiste qu’il qualifie d’ “involontaire”. A voir. Pourtant, ses débuts cinématographiques la cantonnent à des rôles de domestique dont l’incarnation majeure est Mamma dans “Autant en emporte le vent”. Le succès planétaire de la production de Selznick aura pour effet inattendu d’occulter le reste de sa carrière riche de 300 films.

Invisibilisée malgré son Oscar

Mais la notoriété ne peut pas tout dans ce contexte ségréganniste. Malgré le succès du film, l’actrice afro américaine n’est pas autorisée à assister à la première dans les Etats du sud. Lors de la cérémonie des Oscars qui la consacre, Hattie Mc Daniel doit s’assœir dans l’espace réservé aux noirs. Invisibilisée tout au long de sa carrière, également en raison de son homosexualité présumée, son nom n’apparait qu’au générique de 80 films, un effacement en règle qui se poursuivra jusqu’à la fin de sa vie à 57 ans à Los Angeles où elle décède d’un cancer du sein.

“Hollywood” la nouvelle mini série de Ryan Murphy produite par Netflix suit après la Seconde guerre mondial le parcours d’acteurs qui tentent de percer. De Rock Hudson à Hattie Mc Daniel, le réalisateur réécrit l’âge d’or du cinéma américain sous le prisme de l’ostracisation raciale ou sexuelle. A l’écran Queen Latifa incarne l’actrice noire oscarisée, un hommage qui tombe à pic.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.