OLGA TOKARCZUK, 15ÈME ÉCRIVAINE LAURÉATE DU NOBEL DE LITTÉRATURE

Olga Tokarczuk_Prix_Nobel_litterature_2018

La romancière polonaise Olga Tokarcsuk a reçu ce 10 octobre le Prix Nobel de littérature 2018. Avec un an de retard pour cause de défaut de quorum, son nom a été annoncé avec celui de l’autrichien Peter Handke, lauréat 2019.

Cette année deux prix Nobel de littérature ont été décernés, suite au scandale sexuel impliquant le mari de académicienne suédoise Katarina Frostenson. Coup double pour ces écrivains d’Europe Centrale. La romancière âgée de 57 ans a produit une œuvre extrêmement documentée. Une douzaine d’ouvrages d’une riche diversité. Roman policier, Sur les ossements des morts (2009), conte philosophique, Les enfants verts” (2016), ou épopée érudite, Les livres de Jakob (2014) qui lui vaut le prestigieux prix polonais Nike et des menaces de mort.

Des best sellers

Car si ses œuvres sont considérées comme des best sellers, ce roman déclenche la colère des nationalistes. Ce “grand voyage à travers sept frontières, cinq langues, trois grandes religions” de 1000 pages retracent l’histoire de Jacok Frank, sulfureux gourou d’une secte juive. L’ex étudiante en psychologie de l’Université de Varsovie, écologiste, coiffée de dreadlocks n’hésitent pas à dénoncer l’hypocrisie d’un pays qui vante son ouverture multiculturelle.

15ème lauréate

L’académie a salué “une imagination narrative qui, avec une passion encyclopédique, symbolise le dépassement des frontières comme forme de vie”. Un choix qui fait d’Olga Tokarcsuk la 15ème femme à recevoir ce prix sur les 115 lauréats récompensés depuis 1901. Dans une vidéo publiée sur le compte Twitter de l’académie suédoise, Anders Olsson, le président du comité de sélection explique que les critères de sélection ont changé. “Maintenant, nous avons tellement de femmes écrivains extraordinaires. Nous espérons donc que le prix et son processus auront été intensifiés et auront une portée beaucoup plus large”.

Redorer le blason de l’académie suédoise

Une façon de redorer le blason de l’institution après le scandale sexuel qui avait provoqué la démission de 7 membres de l’académie. Regrettant l’ethnocentrisme d’un prix “dominé par les hommes”, le Nobel de littérature fait sa mue pour partie. Car l’attribution du prix à Peter Handke, lauréat 2019, est controversée pour son soutien au criminel de guerre serbe Slobodan Milosevic. L’écrivain avait par ailleurs déclaré à propos du Nobel de littérature,“Il faudrait enfin le supprimer. C’est une fausse canonisation” qui “n’apporte rien au lecteur”.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.