L’AGE, PREMIÈRE CRAINTE DE DISCRIMINATION DANS L’ENTREPRISE

jaipiscineavecsimone_etude_egalité_des_chances_entreprises_MEDEF

Le Baromètre national de perception de l’égalité des chances 2018 publié pour la 7ème année par le MEDEF est un outil qui mesure la perception des salariés en matière de discrimination. Sans beaucoup de surprise, l’âge et le sexisme y figurent en bonne place.

Le sujet de l’égalité des chances au sein de l’entreprise est toujours un sujet d’actualité pour les salariés. Ainsi que le rapporte l’édition 2018, 91% d’entre eux estiment que la question est importante pour eux et leur entreprise. Depuis sa création en 2012, le baromètre est un indicateur du ressenti “des politiques menées en matière de diversité, de leur efficacité et des priorités d’engagement souhaitées par les salariés du secteur privé en France”. L’étude nationale menée auprès d’un échantillon d’actifs permet de dégager des grandes tendances.

Les conséquences de #MeToo

En 2018, le contexte de l’après #MeToo expliquerait que les questions liées à l’égalité professionnelle restent “sensibles”. La peur d’être discriminé en fonction de son sexe fait un bond de 7 point par rapport à l’an dernier. ” Le genre apparaît comme la deuxième peur de discrimination chez les femmes à 37 % (+9 points en un an)”. Les jeunes générations ne font pas exception à cette inquiétude. Le taux passe de 10 à 37% chez les 16-24 ans.

L’âge vécu comme une discrimination

Si le sexe et le niveau des diplômes arrivent en tête des craintes de discriminations, l’âge s’impose comme le facteur le plus redouté. (41% contre 33% l’an dernier). “16 % (+2 points en un an) des personnes interrogées estiment faire partie d’une minorité en raison de leur âge”. Cette peur concerne hommes et femmes sans distinction notable. Et notamment impacte les plus de 50 ans. L’indice de facilité de carrière des personnes de plus de 50 ans connaît cette année un recul de 4 points, passant de 85 % à 81 %”. Cette tranche de la population fait partie “avec les personnes portant un signe religieux visible et celles souffrant d’un handicap visible, de celles qui ont le plus de difficultés pour être recrutés”. Toutefois “Ceux qui trouvent leur entreprise innovante estiment que l’âge serait beaucoup moins discriminant dans leur entreprise : 33 % (-24)”.

Lire aussi sur le sujet de l’emploi à 50 ans

Le scénario justifiant d’un refus de promotion en raison de l’âge est jugé comme probable pour 57 % des personnes interrogées.