[BILLET] L’ÉPREUVE DU MAILLOT DE BAIN

jaipiscineavecsimone_nage_libre_maillot_de_bain
© vincent-anderson-unsplasH

Avant les réseaux sociaux c’est-à-dire au Moyen-Age, époque que j’ai bien connue l’été était synonyme de maillot de bain. Un instant shopping  joyeux où malgré la peau blanche et les bourrelets de l’hiver on s’accommodait toujours d’un modèle. Juste parce qu’on le trouvait beau sans trop se soucier de l’allure générale. Aujourd’hui Instagram bousille notre ego en affichant des icônes plastiques aux corps irréels.

En maillot de bain une femme doit être bronzée, mince et sexy. C’est en tout cas le message véhiculé par les marques. L’inadéquation croissante avec la réalité du corps des femmes est soulignée par  Gaëlle Prudencio porte voix du mouvement Body positive en France dans Check Magazine. “la Française mince, qui fume et ne mange rien. Mais la vérité c’est que la Française ne fait que grossir depuis les années 1950…”. Pourtant on a beau savoir qu’une taille 44 est la norme l’essayage du maillot de bain en cabine reste une épreuve. Eclairage blafard et miroir loupe activent immédiatement une envie de trekking en zone Artique. Nathalie a la solution. Elle porte le même deux pièces depuis 2015. “Je pense à le remplacer pour plus sexy mais en y réfléchissant je ne vais jamais à la mer”.

Le maillot de bain cet objet de complexe

La lecture de la presse féminine enfonce définitivement le diktat. En tapant la requête “maillot de bain” Google me renvoie une titraille dédiée à l’émerveillement des fans face au corps estival de leurs icônes. Sous titrée “une silhouette sculpturale” Gala affiche l’Instagram de Malika Ménard (ex miss France) “scotchant” ses admirateurs dans un deux pièces “camouflage”. J’étais prête à applaudir des formes “sculpturales” version Nana de Nikki de Saint Phalle. Au lieu de çà béate Voici s’extasie sur la silhouette (dont on ne voit pas grand chose d’ailleurs) de Karine Ferry en maillot de bain après son accouchement. “Toujours aussi belle” commentent les lecteurs grossophobes rassurés ! Pendant ce temps là “Nabilla s’affiche sexy à la plage et en maillot de bain pour ses vacances” !

 

Un maillot 2 pièces pour la piscine sportive pas très glam mais confortable acheté il y a au moins 3 ou 4 ans et un 2 pièces pour plage ou piscine loisirs. Nathalie.

 

Regrettant – quelques secondes seulement – mes récentes crêpes Nutella chantilly je décide de sonder quelques copines en vacances. Dominique belle blonde du nord à l’approche de la soixantaine dégaine. Pas de nouveau maillot. Je m’en fiche !”. Le vintage a ses aficionados. Erna, longiligne quinqua confirme. “Je n’ai jamais fait “un investissement” dans les maillots de bain”. Une pièce pour la piscine depuis 20 ans et un autre pour la plage depuis deux ans”. Bien dans leur peau l’injonction sociétale (bronzée, mince et sexy en maillot) ne les effleure pas. Sur Instagram “Ma Grande Taille” le média féminin dédié aux femmes rondes affiche des corps décomplexés en deux pièces. Sous le #objectifbikinifermetagueule Maman_4.0 s’interroge. “J’emmène/j’emmène pas/j’emmène/j’emmène pas… Allez j’emmène et je vais trouver le courage de te porter petit maillot qui cache pas mon ventre!”. Et si on se faisait plaisir ?

 

https://www.instagram.com/p/Bl7rBgIgEi9/?utm_source=ig_web_copy_link

 

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.