« EN AVANT LA POLYGAMIE » L’APPLICATION INDONÉSIENNE QUI FAIT SCANDALE

Ayo Poligami

Ayo Poligami une application qui favorise la polygamie en Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde a suscite la controverse. Alors que son jeune concepteur affirme vouloir « simplement aider » les femmes âgées de 40 à 60 ans.

Signifiant « en avant la polygamie » l’application gratuite propose aux hommes de rencontrer des femmes en vue de créer de « grandes familles ». S’adressant aux hommes célibataires et mariés, la plateforme revendique 56 000 utilisateurs depuis son lancement en avril. Ce qui pourrait sembler un comportement acceptable dans un pays musulman méconnait la loi indonésienne sur le mariage. Il est définit depuis 1974 comme l’union entre un homme et une femme. La polygamie est tolérée dans certaines circonstances en dépit d’une désapprobation largement partagée dans un pays qui reconnaît officiellement 6 religions.

 

 

Après avoir fermé la plateforme en raison de la polémique et d’un nombre élevé de comptes factices le concepteur de 35 ans Lindu Cipta Pranayama s’est ravisé. « En raison de la controverse, j’envisageais initialement de supprimer définitivement l’application, mais quand j’ai vu que beaucoup de femmes ayant la quarantaine ou la cinquantaine étaient encore vierges et célibataires, j’ai décidé de la garder ». Un argument qui ne convainc pas les organisations de défense des droits des femmes.  « Quand le mari pratique la polygamie, les femmes sont victimes d’une violence psychologique » souligne Adriana Venny Aryani, membre de la Commission nationale sur les violences faites aux femmes.

 

l'application Ayo Poligami
l’application Ayo Poligami

La nouvelle version de l’application s’est dotée de critères plus stricts pour ses utilisateurs. Le nouvel inscrit doit produire l’accord écrit de sa ou ses épouses. Une condition assez peu contraignante selon les associations de défense des droits des femmes indonésiennes. Difficile de résister à la pression du mari et de la société dans les faits. Nul ne dit si le créateur du site a trouvé sa belle.

 

 

Laisser un commentaire

*