« PARIS ETC… » LA SÉRIE QUI CROQUE LES PARISIENNES DE 20 A 50 ANS

5 femmes et Paris la nouvelle série de Zabou Breitman "Paris etc..."

Canal + a diffusé hier les 3 premiers épisodes de « Paris etc » la nouvelle série réalisée par Zabou Breitman et co écrite avec la romancière Anne Nerest sur un scénario initial de Maïwenn. Un format original de 12 fois 30 minutes par épisode raconte la vie parisienne de 5 femmes âgées de 20 à 50 ans. 5 héroïnes en proie aux interrogations vitales dans une ville tour à tour complice et hostile.

Marianne, Mathilde, Nora, Allison et Gil vivent des étapes clés de leur vie dans un Paris redessiné par le souvenir des attentats. La construction cinématographique trame le récit comme une série de chapitres. On suit ainsi la benjamine Allison (Lou Roy-Lecollinet) fraichement débarquée de son Alsace natale pour un stage dans une cuisine étoilée. Son œil émerveillé devant la capitale frise le cliché de « la montée » à Paris des provinciaux entre promesse et désillusions. La capitale viendra ébranler ses certitudes sur l’amour. A son regard naïf répondront au fil des épisodes les doutes de 4 autres femmes de caractère. L’apparente fragilité de Mathilde (Anaïs Demoustier) trentenaire, masseuse ambulante, maîtresse d’un homme plus âgé. L’explosive quadra Nora (Naidra Ayadi), traductrice surdiplômée en tension constante face au handicap de son fils. Souvent rejointe par Marianne ((Valeria Bruni Tedeschi) médecin quinqua à la recherche de l’équilibre dans une vie de couple trop libre. Gil, grand-mère récente et mystérieuse réapparait au bout de dix ans dans la vie de ses enfants pour régler des affaires de famille.

 

Comment elles faisaient nos mères ?

Elles faisaient pas ! Elles fumaient dans la bagnole. Elles buvaient du pinard midi et soir, elles en avaient rien à foutre de faire leur âge et elles nous envoyaient en colo !

 

 

C’est une série féminine, faite par des femmes, pour des femmes. La revendication, c’est de ne pas en avoir. Ce sont des personnages, des gens, il se trouve que ce sont des femmes. Zabou Breitman -France Culture

 

Chacune d’elle incarne le cycle d’une vie qui se joue avec la ville, actrice capitale de la série. Dans une balade parisienne ponctuée d’images d’archives des années 30 à 70, la caméra quitte régulièrement la fiction pour quelques secondes documentaires d’un Paris rétro sans nostalgie. Si finalement rien ne changeait vraiment ? En substance la série s’interroge sur ce qui façonne le désir de ces femmes. Etrangères à leur quête, elles découvrent des facettes d’elles mêmes ignorées. Marianne se découvre « jalouse et chiante » par le désir d’un homme qui l’aime mais se refuse à vivre avec elle. Allison émiette ses certitudes amoureuses, Anaïs se soumet au désir d’un homme dans l’oubli du sien. Au bout du compte la série se croque comme une chronique douce amère où les déambulations féminines semblent légères presque anecdotiques. Pourtant l’amour, le couple, le sexe, les hommes, le travail et les enfants sont passés au crible. Bref tout ce qui fait la vie de chacune et pas seulement des parisiennes. Zabou Breitmann prend un malin plaisir à déconstruire le mythe de la parisienne qui serait distinguée, à cheval sur l’éducation, aurait de bonnes manières, de la conversation, En un mot chic !

Comments · 2

  1. bien !!
    j attends de decouvrir l enigme de Gil
    secob role que j ai reconnu grace a don accent :Esteban chanteur des Naive new beaters et chroniqueur sur oui fm !!

Laisser un commentaire

*