LE FABULEUX DESTIN DE VALÉRIE MARIE

le fabuleux destin de Valérie Marie
Facebook Valérie Marie

Un avion retardé à l’aéroport de Toulouse Blagnac a scellé le destin de la pianiste Valérie Marie le 18 février. Pour tuer le temps elle improvise l’Allelujah de Léonard Cohen sur le piano en libre accès dans le hall. Un ténor la rejoint et pose sa voix sur les notes. La vidéo de leur prestation fera le tour du monde. Elle sera vue plus de 5 millions de fois. Si la performance est remarquable ce qui l’est plus encore est l’articulation des évènements qui conduit à cette journée et décline une vie professionnelle longtemps espérée. Un sacré signe du destin pour celle qui avait décidé de lâcher sa carrière dans le marketing pour vivre de sa passion de la musique.

Valérie Marie se souvient que ses parents devaient fermer le piano à clé pour pouvoir dormir. Une « addiction » qui se nourrit de 12 années de cours de musique et d’une année au conservatoire qu’elle a détestée. Armée de cette seule passion elle décide à 17 ans de devenir compositrice de musique de films. Mais la raison (parentale) l’emporte et un diplôme d’école de commerce dessine un tout autre avenir professionnel. « Comme je suis incapable de jouer en dilettante j’ai totalement arrêté le piano ». Chargée de recrutement dans l’aéronautique, puis directrice de com Valérie Marie reçoit le premier coup du destin en percutant une voiture à la sortie de l’école. De la tôle froissée et un constat signé dans un appartement où trône un piano l’invitent à rejouer à la demande de la propriétaire. « Elle me dit qu’elle vit de sa passion, la photo. Et c’est un véritable déclic dans ma tête ».

 

Je vais avoir 40 ans l’âge des bilans. Je négocie mon départ et récupère mon piano chez mes parents.

 

« Je suis née une deuxième fois »

Pendant 4 mois Valérie Marie travaille sa technique et amorce une stratégie. « j’ai cherché à comprendre le marché de la musique comme une responsable de marketing. J’ai compris que les réseaux sociaux étaient une mine d’or ». Elle poste des vidéos de ses interprétations de Nougaro, Stromae et William Pharrell. Et les adresse aux médias. La jeune femme timide prend confiance. Repérée par un auteur de théâtre italien, elle reçoit une commande de 12 titres qu’elle jouera sur scène et une musique de film qui l’emmène au Festival de Cannes. Elle compose pour Nicole Garcia mais la production ne veut pas d’une inconnue. Entre espoir et coup de blues Valérie Marie envisage de jouer dans les centres commerciaux au moment des fêtes. Elle propose à des entreprises des sessions de management avec son piano. Une créativité à toute épreuve même si elle a l’impression de s’éloigner de son rêve.

5 millions de vues pour le duo

Le destin tient à peu de chose. Un train complet, un rendez-vous à Paris et un avion retardé. Des ingrédients ordinaires pour un changement de vie radical. En quelques minutes son duo improvisé avec Grégory Benchenafi chanteur professionnel fait le tour du monde. « Je découvre son timbre de voix. Je vois des gens qui affluent, qui dansent. On se fait plaisir ! Il me laisse sa carte. On nous envoie la vidéo. Et je la fais suivre à mes proches. Je vois trois réponses fortes et je la poste sur Facebook tard le soir ». La suite est en train de s’écrire en lettres majuscules. Parmi les milliers de messages de félicitations Valérie Marie reçoit des propositions. Elle vient de signer son premier contrat d’artiste, un EP piano solo et piano voix. Elle poursuit son lien artistique avec Grégory et entretient activement son rêve. Lucide, elle dit travailler pour ce que ce moment de grâce ne soit pas un feu de paille.

 

Laisser un commentaire

*