LA MARCHE #NOUSTOUTES MOBILISE MALGRÉ LE DÉSINTÉRÊT DES MÉDIAS MAINSTREAM

Jai_Piscine_Avec_Simone_le_grand_bain_Nous_Toutes
Capture Twitter @NousToutes

Le collectif NousToutes a rassemblé le 24 novembre, 50 000 personnes en France dont 30 000 à Paris. Une ambiance bonne enfant qui contrastait avec la violence du mouvement des gilets jaunes sur les Champs Elysées. Et s’il n’était pas question de comparer la tenue de ces manifestations, les médias d’infos ont privilégié les images de violence des casseurs. Une couverture désastreuse dans les deux cas.

Le mouvement #NousToutes avait appelé de ses voeux une déferlante le 24 novembre pour dénoncer l’ensemble des violences faites aux femmes. Avec des slogans écrits sur des panneaux violets, couleur choisie par le collectif, des milliers de femmes ont répondu présentes. Les compte Twitter d’anonymes, de journalistes et de personnalités ont relayé les images du défilé.  Les slogans sur les pancartes « ras le viol », « une femme n’est jamais responsable des violences qu’elle subit, JAMAIS » pointent ce que les chiffres pourtant racontent dramatiquement. Chaque année en France une femme décède tous les 3 jours de violences conjugales.

 

 

jaipiscineavecsimone_newsletter_abonnement

 

Lire aussi sur ce sujet « NOUS TOUTES » : POUR UNE DÉFERLANTE FÉMINISTE EN FRANCE CONTRE LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES

#NousToutes sur les réseaux sociaux

A l’heure du rassemblement, les chaines d’infos n’interrompent pas la retransmission des évènements sur les Champs-Elysées. Il faut zapper sur Twitter pour vivre un « live ». Sur les comptes des internautes les photos et vidéos relaient le déroulement de la manifestation. Certaines s’interrogent sur la couverture médiatique. « Heureusement qu’il y a les réseaux sociaux sinon je n’aurais pas vu une seule image de cette manif » (@gchampeau). Le journaliste Claude Askolovitch lance un pavé (virtuel) dans la mare médiatique en regrettant le manque de couverture de l’info par ses confrères. Lauren Bastide, fondatrice du podcast « La Poudre » appelle ses confrères et consoeurs à donner à la manifestation la couverture médiatique qu’elle mérite.

 

Cher système médiatique dont je suis, il y a une manif à Paris #NousToutes contre les violences subies par les femmes, et ces violences méritent plus d’attention que les dégâts que font, sur les Champs, des « White blocks » abrités par la fatigue populaire. Claude Askolovitch.

 

Sur le service public France 2 n’a pas fait mieux. La grand messe du 20h consacrera 20 minutes aux violences sur les Champs Elysées et environ 3, 40 minutes à #NousToutes, sujet sur les frotteurs du métro compris. Pas d’interview de participantes dans le cortège du défilé. Dommage … Le Huffpost  quant à lui contre balance le partage des infos en comparant les mobilisations des deux mouvements. Il reprend les chiffres de la Préfecture de police qui annonce 8000 « Gilets  jaunes » sur les Champs Elysées et se fait tacler par les twittos. « Arrêtez cette tentative ridicule d’opposer les luttes du peuple français entre elles » s’indigne un internaute. Le « Midi Libre » mérite un grand bravo pour son initiative de poster des vidéos réalisées par ses équipes pour dire « son émotion, ses expériences, sa manière d’agir et son rejet face à cette problématique sociétale majeure ».

 

 

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.