VIOLENCE DES ARMES : WETRANSFER PUBLIE LA TRAGÉDIE D’UNE MÈRE

Camila Rosa - Enough is Enough - WeTransfer
Camila Rosa – Enough is Enough – WeTransfer

Ce week-end WeTransfer a ouvert sa plateforme à des initiatives artistiques et créatives pour soutenir la réforme des armes aux Etats-Unis. A la place des traditionnelles publicités trois projets inédits pour marquer les esprits. Un court métrage de Kyle Haussmann-Stokes et Ellen Utrecht avec des vétérans contre la violence des armes. Une série de la photographe Kathy Shorre et le récit de Craig Taylor. La créativité a pris le pouvoir pour accompagner le mouvement de révolte « March for our lives » (marche pour nos vies) né après le massacre le 14 février de 17 personnes dans le lycée de Portland (Floride).

Comme le relate la plateforme de partages de fichiers sur son site, la fusillade de Parkland en Floride a généré de la colère. Une fois encore. Mais cette fois-ci quelque chose d’autre est né. La colère n’est pas retombée. Elle a mobilisé. D’abord la jeune génération cible des tueries de masse sur les campus américains. Point d’orgue du mouvement de révolte 24 millions de personnes ont défilé dans les rues de centaines de villes samedi 24 mars. La plateforme a décidé de s’y associer. « (…)  We Transfer présente une série de projets qui ajoutent quelque chose de nouveau à la discussions sur la réforme des armes à feu. Les esprits créatifs ont le pouvoir de changer la façon dont nous voyons le monde et nous pensons que cela est nécessaire maintenant plus que jamais ».

 

Capture Konbini Veterans For Gun Reform: PSA. (© Audrey Ma)
Capture Konbini Veterans For Gun Reform: PSA. (© Audrey Ma)

« Je me souviens de tout »

Mettre en avant un travail photographique ou un récit impliquant le lecteur pour mieux le sensibiliser. Tel est le pari réussi de WeTransfer. Interrogeant régulièrement l’internaute, le récit de Craig Taylor intitulé « Autre chose que les armes » plonge le lecteur en immersion. Sur 139 pages et peu de mots sur chacune d’elles, l’auteur met en émotion pas à pas les souvenirs d’une journée tragique. En 2007 un tireur fait feu sur les passants dans un centre commercial de Salt Lake City. Dans une boutique Carolyne est blessée au bras et au poumon, Kirsten sa fille de 15 ans est abattue. C’est une histoire qui raconte l’après. L’indicible. Les souvenirs d’une mère qui prend à témoin le lecteur.

 

Il y a quelque chose qui ne va pas quand la NRA avec ses cinq millions de membres dictent sa loi à 325 millions de compatriotes américains. Kathy Shorre

 

Le pouvoir du récit pour changer la loi sur les armes

La puissance du récit tient à son extrême dépouillement. Sur un ton neutre mais bienveillant le narrateur pose des questions. Carolyne déroule les faits. Et la vie d’après. « Il y avait une serviette à l’endroit où Kirsten avait pris sa douche. Ses pieds humides y avaient laissé une empreinte. Personne ne voulait y toucher. Parce que ça s’en irait pour toujours. C’était trop dur. C’est tout ce qui restait d’elle ». Alors qu’elle se plaignait du bazar qui régnait dans la chambre de l’adolescente ranger pour toujours revenait à effacer sa vie. Laissant une large place à l’image sur sa plateforme WeTransfer a donné de la puissance au récit de Craig Taylor mis en forme de façon « interactive, personnelle et émotionnelle » .

 

Capture Twitter Craig Taylor contre la violence des armes #EnoughIsEnough
Capture Twitter Craig Taylor contre la violence des armes #EnoughIsEnough

 

« Une attaque. Une mère. Une histoire ».

Combien d’autres pourrait raconter ? Les armes font 30 000 morts par an aux Etats-Unis. Ceux qui se dénomment « les survivants » ne donnent plus aucun crédit aux politiciens. Ils l’ont fait savoir ce samedi au cours des « marches pour la vie » organisées dans plus de 800 villes dans le monde. La « génération mass shooting » a décidé de prendre en main son avenir. Un combat au long cours pour défier le puissant lobby de l’armement américain. WeTransfer puissante plateforme de partage s’est mobilisé à leur côté. Raconter les traumatismes sur les réseaux sociaux a plus d’impact que les prières ou les fleurs. L’oubli a toujours suivi jusqu’à présent tous les massacres par armes à feu. Mais #EnoughIsEnough (trop c’est trop) pourrait bien changer la donne. Notamment en dénonçant les entreprises qui accordent des avantages aux membres de la NRA.

Laisser un commentaire

*