BRIGITTE BÉRENGIER MANNEQUIN SENIOR OÙ L’ART DU GLAMOUR

Brigitte_berenguier_mannequin_senior_ou_l'art_du_glamour
©Guy Isaac extrait du livre « Rencontres »

Les mannequins seniors sont la réponse au jeunisme des campagnes publicitaires des grandes marques. Brigitte Bérenguier (59 ans) a choisi de faire de ce métier l’étendard de sa conception de la féminité. Dans un ouvrage photographique conçu par Le photographe Guy Isaac elle a choisi d’incarner une tendance aujourd’hui galvaudée du glamour. Mot fourre tout qui court d’un titre de presse aux illustrations les plus kitchs, le « glam » de Brigitte Bérenguier trouve ses racines dans les années 50 et fait d’Audrey Hepburn son ambassadrice éternelle.

Brigitte Berenguier se définit comme une artiste. Des cours de théâtre Charles Dullin à Paris aux premiers court métrages l’apprentie comédienne découvre qu’il lui manque l’audace. Comme celle nécessaire pour aborder Eric Rhomer croisé sur un plateau de tournage. « Je n’ai jamais osé lui parler. J’ignorais qu’il était extrêmement timide » ! Ce sera finalement les Alpes de Haute Provence où elle vit aujourd’hui qui seront le berceau de son expression artistique. Au sein d’une compagnie dirigée par Christian Barbier elle se frotte au répertoire des meilleurs auteurs. Elle joue, donne elle-même des cours et rencontre l’amour avec A.

Une vie de conte de fée

Sous les traits d’un psychiatre l’amour raconté par Brigitte Bérenguier ressemble aux contes de fées. Au coup de foudre s’ajoute la baguette magique qui exauce tous les voeux. « Il m’a fait la promesse de réaliser mes rêves ». Le dessein d’une vie artistique qui cherche un autre terrain d’expression. Le mannequinat senior. Brigitte Bérenguier souhaite associer son image à des marques de prestige. « Pourquoi le luxe véhicule toujours l’image de femmes très jeunes alors que la cible visée est senior « ? Elle se souvient d’un slogan particulièrement sexiste pour un modèle de grosse cylindrée. « Vous avez les moyens de vous offrir la voiture vous avez les moyens de vous offrir la voiture garnie avec mannequin très jeune ». Tendancieux soupire-t-elle.

 

Le glamour et l’élégance me rassure. J’ai horreur de la vulgarité, du chaos, de tout ce qui est agressif.

 

L’ultra féminité des années 50

Mannequin n’est pas une quête de jeunesse éternelle. Brigitte Bérenguier y puise une quête d’absolu féminin. Le glamour et l’élégance sont la quintessence de sa féminité et ne se définissent pas par référence à un âge.« Les années 50 en sont la meilleure expression ». Immense nostalgie du c’était mieux avant ? La mannequin en convient tout en notant que sa conception n’est pas si passéiste puisque son compte Instagram compte de nombreux jeunes followers. La vision d’une ultra féminité axée sur la désirabilité n’est pas incompatible avec le mouvement de libération de la parole des femmes. « Il faut que les femmes revendiquent l’égalité des droits mais l’égalité des sexes n’a pas de sens. Je ne me sens pas brimée lorsque je fais certaines tâches ».

 

« Rencontres »

Lorsqu’elle foule le tapis rouge du Festival du film américain de Deauville en 2016 Brigitte Bérenguier a rendez-vous avec Guy Isaac l’une des signatures photographiques du festival. La rencontre donne lieu à un projet qui sera sera mis en image dans le palace d’Evian. Une ode à la féminité en 100 photos noir et blanc. Intitulé « Rencontres » le livre est l’aboutissement de son histoire d’amour et d’une toute nouvelle confiance en soi. « Je souhaite défendre ma conception du mannequinat senior pour accompagner des marques loin des clichés stéréotypés ».

Brigitte_berenguier_mannequin_senior_ou_l'art_du_glamour
Couverture du livre « Rencontres »

Laisser un commentaire

*