AU WEB SUMMIT SOPHIA LE ROBOT CITOYEN QUI A PLUS DE DROITS QUE LES SAOUDIENNES

Sophia le premier robot qui a obtenu une nationalité

Conçu par la société de robotique hongkongaise Hanson Robotic, l’humanoïde Sophia est intervenu hier au Web Summit de Lisbonne , la plus grande conférence sur la tech pour un talk sur l’intelligence artificiel. Ce « Robot social » au 62 expressions faciales a obtenu la citoyenneté saoudienne le 26 octobre lors d’un congrès à Ryad sur les nouvelles technologies. Le coup de com de Ryad passe mal dans un pays où les femmes viennent tout juste d’être autorisées à conduire et les travailleurs étrangers nombreux à solliciter ce privilège de citoyenneté. Science fiction ?

D’après son créateur Ben Goertzel ses traits sont inspirés du visage d’Audrey Hepburn et de celui de sa femme. Si la ressemblance n’est pas frappante au premier coup d’œil, son type est caucasien. Sophia est blanche aux pommettes saillantes et au nez fin. Un fantasme high tech dont l’épiderme reproduit par une matière proche du silicone recouvre une technologie de pointe. Elle comprend le langage courant et peut établir un contact visuel avec ses interlocuteurs grâce à des caméras intégrées dans ses yeux. « Je suis le robot le plus expressif du monde et le premier à être fait citoyen d’un pays. La vie est belle. » Son introduction de la conférence sur l’intelligence artificielle au côté d’un autre robot de la firme Hanson humanisé sous les traits d’Einstein a rappelé les vives critiques formulées récemment sur les réseaux sociaux. Apparue lors du sommet Future Investment Initiative de Ryad, sans tuteur, sans foulard et abaya, (long manteau) Sophia a obtenu des droits refusés aux saoudiennes. Même si l’opération de com pourrait avoir comme objectif premier de lancer le gigantesque projet Neom, ville pharaonique hyper technologique initiée par le prince réformateur héritier du royaume Mohamed Ben Salman.

 

ELLE Bresil Instagram couverture dec 2016
ELLE Bresil Instagram couverture dec 2016

 

Au fil du temps, son intelligence croissante et son histoire remarquable enchanteront le monde et établiront des liens avec les gens, peu importe leur âge, leur sexe et leur culture. Ben Goertzel

 

Après des débuts hasardeux auprès des médias en 2016 à qui elle avait déclaré simultanément « vouloir une famille et détruire l’humanité » l’humanoïde a vu ses propos reprogrammés pour un talk plus apaisé à Lisbonne. Elle n’a pu s’empêcher toutefois de lancer « Nous, robots, ne sommes pas conçus pour détruire. En revanche, c’est vrai que l’on va prendre vos emplois. Mais ce serait une bonne chose ». Pas sûr que le ton humoristique ait vraiment rassuré l’auditoire. Ses propos contrastent avec ses missions sociales imaginées par son concepteur et détaillées sur son site « Je veux vivre avec les gens, les divertir, aider les personnes âgées et enseigner aux enfants ». Une super assistante – « machine éveillée » – qui n’envisagerait pas pour l’instant de devenir une super héroïne. Toutefois son créateur avoue y travailler. Au delà de la boutade se joue une guerre de conquête face aux entreprises de la Silicon Valley aujourd’hui en situation de monopole dans le domaine de l’Intelligence artificielle. Ben Goertzel lancera le 29 novembre Singularity Net, une plateforme ouverte pour collecter toutes les connaissances relatives à l’IA.

 

 

 

Laisser un commentaire

*